France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
Guadeloupe

Le juge Tournaire va entendre Lucette Michaux-Chevry début juillet

29.06.2019
Lucette Michaux-Chevry - FXG

Serge Tournaire, vice-président chargé de l’instruction au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, sera en Guadeloupe au début du mois de juillet. Il vient entendre Lucette Michaux-Chevry mise en examen dans l’affaire dite G2R les 2 et 4 juillet, juste avant d’être muté.

Le juge d’instruction connu pour avoir instruit les affaires Sarkozy, Pénélope Fillon, l’évasion fiscale de la holding Wendel, les délits d’initiés d’EADS, l’arbitrage Tapie-Adidas ou encore l’affaire des achats de voix par Serge Dassault à Corbeil-Essonnes, doit quitter tout prochainement ses fonctions à Paris pour une nouvelle affectation au tribunal de Pontoise (95). Mais auparavant, il aimerait bien clôturer une ultime affaire de corruption passive et active, d’abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics et de faux et usage de faux. Dans cette affaire, Lucette Michaux-Chevry est mise en examen aux côtés des entrepreneurs Michal Cau et Guy Doukhan. C’est ce dossier qui a valu à l’ancienne ministre de Jacques Chirac, sa fille Marie-Luce Penchard et son petit-fils Alexandre, d’être placés en garde à vue par la police judiciaire le 15 janvier dernier et pour lequel elle a démissionné de son dernier mandat électif à la CASBT.

à l’origine de ce dossier, une lettre anonyme dénonçant les agissements de Mme Michaux-Chevry, laquelle aurait bénéficié de la rénovation de son appartement de la rue Villebois-Mareuil dans le 17e arrondissement de Paris, ces travaux ayant été réglés par les sociétés de MM. Cau et Doukhan à hauteur de 19 000 euros afin, selon l’un des mis en cause, de préserver la clientèle de la mairie de Basse-Terre. Ces deux sociétés (A2S et G2R) ont en effet bénéficié entre 2011 et 2013 de plusieurs marchés publics avec la mairie de Basse-Terre et la CASBT. A2S a encaissé plus de 2,5 millions d’euros de la commune et 220 000 euros de la CASBT, et G2R 4, 5 millions de la commune et 2, 7 millions de la CASBT.

Pour financer ces dépenses qui auraient du relever de Mme Michaux-Chevry, Guy Doukha a expliqué qu’il avait surfacturer à la mairie de Basse-Terre la fourniture et la pose de bitume à l’école de Circonvallation.

Lors de son audition à la PJ en janvier dernier, Lucette Michaux-Chevry a réfuté avec véhémence toutes les accusations portées contre elle par MM. Cau et Doukhan.

L’ultime trophéedu juge Tournaire

Le juge Tournaire devrait venir avec son officier de sécurité et un greffier afin de procéder, les 2 et 4 juillet à 8h30 à Pointe-à-Pitre, à l’audition de Lucette Michaux-Chevry. Il pourrait aussi en profiter pour la confronter à sa fille Marie-Luce et son petit-fils Alexandre… Alex Ursulet, l’un des avocats de Mme Michaux-Chevry, s’étonne de ce qu’il appelle un « excès de zèle » du juge Tournaire : « Quel est donc l’urgence qui motive ce juge alors qu’il aurait pu organiser une visio-conférence, voire déléguer un de ses collègues de Guadeloupe. Ce voyage aux frais de la République risque de coûter plus cher que les factures en cause ! Le juge s’offre une dernière mission sous les cocotiers pour brandir la tête de Lucette Michaux-Chevry comme ultime trophée au bout de sa pique judiciaire ! » Mme Michaux-Chevry nous a récemment déclaré : « Quand on attaque Marie-Luce, je ne peux pas me défendre.quand on attaque mon petit-fils, je ne peux pas me défendre. Je n’aurai ni Marie-Luce, ni Alexandre, j’aurai convoqué la presse et j’aurai sorti des dossiers… à travers ce qu’on a fait à Marie-Luce et à mon petit-fils, j’aurai l’occasion de démontrer qu’ils m’ont déjà condamnée. » Sans aller jusque-là, le juge Tournaire devrait, à l’issue de ces auditions, clôturer l’information judiciaire et notifier à l’intéressée son renvoi devant un tribunal correctionnel parisien.

FXG, à Paris

Lucette Michaux-Chevry et les avocats Ursulet et Démocrite - FXG