Justin Catayée : une mort trouble une vie éclairante
Soutenez la presse écrite et France-Guyane : >ABONNEZ-VOUS !
HISTOIRE

Justin Catayée : une mort trouble une vie éclairante

Gérôme GUITTEAU, g.guitteau@agmedias.fr

Le 22 juin 1962, à Deshaies, à la Guadeloupe, un Boeing 707 d’Air France s’écrasait avec à son bord 103 passagers, dont Justin Catayée, le fondateur du Parti socialiste guyanais et député autonomiste de la Guyane. Sa mort est restée longtemps inexpliquée, jusqu’en 2016, et le rapport de la commission Stora. La postérité de l’homme politique guyanais s’accroît avec les années surtout depuis que l’idée d’autonomie s’est répandue dans la population. Au moment où deux députés, Jean-Victor Castor et Davy Rimane, reprennent son engagement et débuteront leur mission le 28 juin, France-Guyane vous propose un dossier spécial sur l’icône autonomiste et populaire, l’enfant de Sinnamary.

 En Guyane, le député socialiste Justin Catayée, insatisfait du statut départemental, fit de l’obtention d’un « statut spécial » le cœur de son action politique. Il écrivit dès 1955, un opuscule


« SOS Guyane département en danger ». 58 pages de réquisitoire contre les insuffisances du département et des promesses non tenues par l’Etat.

En bout de course, cette départementalisation s’apparentait de plus en plus à un mirage, à une « décolonisation factice », avec pour conséquence politique majeure : la naissance d’un nouveau front d’opposition constitué d’« élus antillais qui firent alors le constat d’échec et réclamèrent pour les Antilles françaises le droit de se prendre en charge elles-mêmes », ajoute Laurent Farrugia.

Ce qui n’était vécu que comme une agitation au sein...